DARBOUX Gaston 1842-1917

Jean Gaston DARBOUX naît le 14 août 1842 à Nîmes (Gard). Date figurant sur l’acte de naissance. Plusieurs biographes (et l’acte de mariage) donnent le 13.

Il meurt le 23 février 1917 à Paris (5e).

Inhumé au cimetière du Montparnasse, dans la 19e division (petit cimetière).

Fils de François DARBOUX, 42 ans, négociant, et d’Alix GOURDOUX, 32 ans, son épouse. Le père, qui tient un commerce de mercerie, meurt le 14 octobre 1849. La mère reprend le commerce de mercerie. Elle a 62 ans en 1872. L’acte de naissance de Gaston les dit âgés de 42 et 32 ans ; celui de Jean-Louis de 43 et 32 ans. Ils se sont mariés le 17 septembre 1841 à Nîmes.

Un frère. Jean Louis, né le 15 mai 1844 à Nîmes. ENS 1863. Épouse Clara Carbonnier le 9 septembre 1871 à Beauvais. Agrégé de mathématiques (1875). Chargé de cours puis professeur de maths, à Nîmes, de 1873 à 1893. Proviseur du lycée de Nîmes de 1893 à sa mort. Chevalier de la légion d’honneur (1900). Décédé le 16 juillet 1902 à Nîmes. L’épouse est née le 20 mars 1850 à Beauvais. Elle est la sœur d’Amélie Caelina. Leur fils Jean Louis Auguste, né le 17 avril 1875 à Nîmes, épouse Suzanne Carbonnier le 8 novembre 1904 à Paris (7e). Docteur en droit. Receveur contrôleur principal des Domaines. Maire de Saint-Rémy les-Chevreuse (Seine-et-Oise) de 1935 à (au moins) 1952. Chevalier de la légion d’honneur (1952). Décédé le 21 novembre 1958.

Épouse Amélie Caelina CARBONNIER le 27 juillet 1872 à Beauvais (Oise). Née le 25 décembre 1848 à Beauvais. Fille de Charles Louis Carbonnier, 57 ans, tailleur d’habits, et de Marie Victorine Anastasie Henocq, 59 ans, son épouse. Selon les actes d’état-civil, elle est modiste en 1870, sans profession en 1872 et 1873. Décédée le 8 octobre 1911 à Sceaux.

Deux enfants.

Jean Gaston, né le 11 septembre 1870 à Paris, 48 rue d’Assas (6e). Déclaré par le père ; légitimé par le mariage des parents. ENS 1891. Épouse Juliette Françoise Cabanis le 5 septembre 1895 à Nîmes, « dans la plus stricte intimité par suite d’un deuil récent » (Le Temps, 09-09-1895). Professeur de zoologie à la faculté des sciences de Marseille. Décédé le 19 août 1921 à Marseille. Juliette Cabanis est née le 25 novembre 1867 à Nîmes. Fille de François Cabanis, négociant, et de Louise Monnier. Veuve Darboux, membre de la commission administrative des hôpitaux de Marseille, elle est faite chevalier de la légion d’honneur en 1928. Anaïs Berthe Lucie, née le 25 juillet 1873 à Paris, 29 rue Monge (5e). Premier mariage avec Léopold Pierre Cabanis le 30 novembre 1891 à Paris (5e) ; cérémonie religieuse protestante le lendemain. Veuve, elle épouse Constant Victor André Mornet le 26 juin 1902, à Paris (5e). Décédée le 7 mars 1970 à Paris (6e). Léopold Cabanis est né le 11 mars 1863 à Nîmes. Fils de François Cabanis, négociant, et de Louise Monnier. Il est en 1891 avocat près la Cour d’appel de Nîmes. Les témoins à ce premier mariage sont : Émile Jamais (avocat, député du Gard, extrême-gauche), Bernard Lazare (né à Nîmes, journaliste et anarchiste), Félix Tisserand (ENS 1863, Académie des sciences) et Jules Tannery (ENS 1866, directeur des étude scientifiques à l’ENS). Roland Brasseur – Dictionnaire des professeurs de mathématiques en classe de mathématiques spéciales – 7 mai 2015

André Mornet est né 5 janvier 1872 à La Châtre (Inde). En 1902, il est substitut du procureur de la République de Reims. En 1917, il prononce le réquisitoire contre Mata Hari. Retraité en 1940. Président de la Cour de Cassation, il prend sa retraite en 1940, il continue d’exercer. En 1945, il est procureur général près de la Haute cour de justice et prononce à ce titre le réquisitoire contre Philippe Pétain. Décédé le 23 juillet 1955. Lucie Mornet, née le 21 août 1909. Épouse Jean-Pierre Genisset, 1911-1998. Décédée le 3 mai 1976.

Études secondaires au lycée de Nîmes à partir de 1853. Il est auparavant élève dans une pension protestante. Bachelier ès sciences le 22 juillet 1859.

Élève de spéciales au lycée de Montpellier en 1859-60 et 1860-61. Classe de Charles Berger (ENS 1843).

1860. 1er accessit d’excellence, 2e prix de maths, 1er accessit de discours français, 2e accessit de physique et chimie, 3e accessit d’instruction religieuse. Non candidat à l’ENS (trop jeune), il est admissible à l’X mais ne se présente pas à l’oral. 1861. 1er prix d’excellence, de maths, de discours français, de physique et chimie, d’instruction religieuse ; 3e accessit de descriptive.

Admis à l’ENS en 1861 (1er admissible sur 43, classé 1er, 1er entrant sur 18).

À l’écrit, il a 340 points ; le 2 en a 283 ; le 43e en a 181. Au classement final, il a 1305 points ; le 2e en a 1051 ; le 23e, dernier entrant, en a 851. Darboux est aussi 1er au concours de l’X.

Reçu à l’agrégation de mathématiques en 1864 (1er sur 9). Docteur ès sciences mathématiques le 14 juillet 1866 à Paris : Sur les surfaces orthogonales. Jury : Chasles (président), Serret, Bouquet.

Carrière Élève de l’ENS. 25-10-1861 « Préparateur pour les sciences mathématiques, chargé, comme sous-bibliothécaire, du service de la bibliothèque scientifique » à l’ENS. 26-09-1864 Prof suppléant en math spé au lycée Saint-Louis. Il supplée A. Amiot du 1er janvier 1865 à la fin de l’année scolaire. Amiot meurt le 8 mai.

Chargé des fonctions de prof divisionnaire de maths au collège Rollin. 04-09-1866 Fonctions occupées brièvement, si elles l’ont été.

Suppléant de Joseph Bertrand au Collège de France, pour le cours de physique mathématique, pendant l’année scolaire 1867-68. Prof suppléant en math spé au lycée Louis-le-Grand. 31-10-1867 (supplée Bouquet) Prof divisionnaire de math spé au lycée Louis-le-Grand. 10-09-1868 (succède à Bouquet) Jusqu’au 26-09-1872. Ses meilleurs élèves. 1867-68. Dufet (1er à l’ENS et 1er à l’X, choisit l’ENS ; 2e accessit de maths au concours général), F. Fochier (3e à l’ENS et 35e à l’X, choisit l’ENS ; voir sa notice), Pelletan (9e à l’X, 4e accessit de maths au concours général). 1868-69. Lesecq d’Estournelles (2e à l’ENS et 4e à l’X, choisit l’X ; 2e prix de maths au concours général), G. Floquet (5e à l’ENS, voir sa notice). 1869-70. Hugoniot (1er à l’ENS et 27e à l’X, choisit l’X).). Parmi ses élèves en 1871-72 : Henri Becquerel (8e à l’X, prix Nobel de physique 1903), Désiré Bertrand (X 1873, fils de Joseph), Godefroy Cavaignac (X 1872, fils du général ; il sera ministre) ; Henri Deslandres (X 1872, directeur de l’Observatoire de Paris, Acad. des sciences), Lucien Lévy (X 1872, professeur de spéciales), Auguste Weiss (X 1872, ingénieur en chef des ponts et chaussées).

Congé d’inactivité en 1872-73. Chargé des conférences de calcul diff et intégral à l’ENS.

26-09-1872 01-10-1872

Ossian Bonnet supplée Hermite dans les fonctions de maître de conférences à l’ENS depuis 1869. Nommé directeur des études à l’X à la rentrée 1872, Bonnet souhaite conserver son titre (sans traitement) pour le cas où les fonctions à l’X ne lui conviendraient pas. Darboux demande à conserver son titre de prof divisionnaire de math spé (et la possibilité de retrouver LG) ; ce titre est donné à son successeur Painvin.

Maître de conférences de maths à l’ENS. du 18-09-1873 au 30-07-1881 Suppléant de Liouville, prof de mécanique rationnelle à la faculté des sciences de Paris. du 24-01-1873 au 18-09-1878

Roland Brasseur – Dictionnaire des professeurs de mathématiques en classe de mathématiques spéciales – 7 mai 2015

Suppléant de Chasles, prof de géométrie supérieure à la faculté des sciences de Paris. du 18-09-1878 au 18-12-1880 Chargé du cours de géométrie supérieure à la faculté des sciences de Paris. 28-12-1880 Professeur de géométrie supérieure à la fac des sciences de Paris. 09-04-1881 Doyen de la faculté du 12-11-1889 au 04-03-1903, puis doyen honoraire. Nommé pour en-1889, 1892, 1895, 1898 et 1901, à chaque fois à dater du 12-11. Démissionne par lettre du 27-02-1903.

Chargé de conférences de maths à l’EN de Sèvres.

31-10-1881

Il cumule ces deux fonctions jusqu’à sa mort. Congé du 1er mars au 31 mai, « sur sa demande et pour raisons de santé », daté du 20-02-1917.

Décès le 23-02-1917. « succombant aux suites d’une opération nécessitée par une douloureuse maladie dont il souffrait depuis plusieurs mois ». Principales responsabilités occupées par Darboux. On trouvera une liste complète (en 1913) dans la monographie d’Ernest Lebon. Membre de l’Académie des sciences. Lauréat de l’Académie des sciences : prix Poncelet « pour l’ensemble de ses travaux mathématiques » en 1875 ; grand prix des sciences mathématiques pour l’année 1876 (décerné le 23 avril 1877) ; prix Petit d’Ormoy pour les sciences mathématiques en 1884. Candidat le 10 juillet 1871 pour succéder à Lamé (Puiseux est élu à l’unanimité) ; le 19 avril 1875 pour succéder à Bertrand (élu secrétaire perpétuel ; Bouquet est élu) ; le 4 avril 1881 pour succéder à Chasles (Camille Jordan est élu ; Darboux a 1 suffrage). Élu dans la section de géométrie le 3 mars 1884, en remplacement de Puiseux. Il obtient 47 suffrages (Laguerre 3, Poincaré 2, 1 blanc). Secrétaire perpétuel pour les sciences mathqs, élu le 21 mai 1900. Il succède à Joseph Bertrand. Membre du Bureau des longitudes. Élu le 1er décembre 1902. Membre (ordinaire, correspondant, étranger ou associé) de plus de 20 académies étrangères. La 1e est l’Académie des sciences de l’institut royal de Belgique, le 1er mai 1873. Membre également de nombreuses sociétés mathématiques, scientifiques ou philosophiques étrangères. Docteur honoris causa des universités de Cambridge, Christiania et Heidelberg. Vice-président du Conseil supérieur de l’Instruction publique de 1908 à (au moins) 1913. Membre de ce Conseil de 1888 à 1904 et à partir de 1907. Président du Conseil consultatif de l’Enseignement public, Commission des sciences, de 1907 à (au moins 1913). Et président, vice-président ou membre de nombreux autres comités, commissions et conseils. Membre de la SMF de sa création en 1873 à. sa mort. Il la préside en 1878. Membre de la Société philomatique de Paris, de l’Académie de Nîmes, de l’AFAS, etc. Membre correspondant ou honoraire de la Société des Sciences physiques et naturelles de Bordeaux (1870), de la Société scientifique et littéraire d’Alais [Alès] (1886), de la Société d’étude des sciences naturelles de Lille (1893). En 1904, Appell, Darboux et Poincaré signent à la demande de la Cour de cassation un rapport favorable au capitaine Dreyfus. Ce rapport est versé au procès en révision de 1906. En janvier 1911, Darboux, secrétaire perpétuel, soutient activement la candidature de Marie Curie à l’Académie des sciences ; elle aurait été la première femme membre de l’Institut. Édouard Branly est élu.

Publications. La bibliographie qui suit est incomplète. La liste des publications de Darboux occupe les pages 16 à 91 (11 pages de commentaires, 55 pages de références : textes de Darboux et analyses de son œuvre) de la 2e édition (1913) de la monographie de Lebon, laquelle se termine par : Le nombre des écrits de M. Gaston Darboux est de 487.

Œuvres 1 – Mathématiques. Sur une classe remarquable de courbes et de surfaces algébriques et sur la théorie des imaginaires, GV, 1873, 340 p. Mémoire sur l’équilibre astatique, Bordeaux, 1877, 66 p. Sur le problème de Pfaff, G-V, 1882, 42 p. Leçons sur les systèmes orthogonaux et les coordonnées curvilignes, G-V, 1e éd., 1897, 338 p. ; 2e éd., 1910, 567 p. Roland Brasseur – Dictionnaire des professeurs de mathématiques en classe de mathématiques spéciales – 7 mai 2015

Leçons sur la théorie générale des surfaces, 4 vol., G-V, 1887, 1889, 1894, 1896, 2200 p. 2e éd., revue et augmentée, 1914-1915. Principes de géométrie analytique, G-V, 1917, 519 p. Nouvelles annales de mathématiques. 21 mémoires et articles, de 1865 à 1909. En particulier : « Solution de la question 467 », par Darboux, élève du lycée de Nîmes ; 1859 (juin), p.232-233. (tétraèdre) Sol. de la question d’admission à l’X en 1861 », par M. Darboux, élève du lycée de Montpellier, 1861, p.384-385. « Seconde sol. de la qu. 503 », 1861, par idem, 1861, p.436-438. (équation) « Solution de la question 537 », 1861, par idem, 1861, p.458-464 (surface). « Sur les sections du tore », par M. Darboux, élève de l’EN, 1864, p.156-165. « Théorèmes sur l’inters. d’une sphère et d’une surface du second degré », par G. Darboux, 1864, p.199-202. « Sur une méthode d’Abel pour déterminer la racine commune de deux équations algébriques », par M. G. D., abonné, 1865, p.109-111. (index : par Georges Darboux, agrégé) Questions, 1866, p.48 et 95, par G. Darboux. (index : Georges Darboux, agrégé, docteur ès sciences) Questions, 1868, p.137, 237, par Darboux. « Sur la méthode d’approximation de Newton », 1869, p.17-27. Une question, p.47. Discussion de la fraction quotient de deux trinomes, 1869, p.81-86. Question, 1871, p.336.

Bulletin de la Société philomatique. 10 communications, de 1866 à 1873.

Comptes-rendus de l’Académie des sciences. Près de 90 notes publiées dans les CR. Il présente aussi de nombreux travaux d’autres mathématiciens. Les deux premières : « Remarques sur la théorie des surfaces orthogonales », t.59, 1864-2 (1er août), p.240-242. Extrait d’une lettre envoyée à J. Serret. « Sur les coordonnées orthogonales, t.60, 1865, p.560-562. Note présentée par J. Serret.

Mémoires scientifiques de l’ENS. 21 mémoires et articles, de 1865 à 1909. En particulier : « Recherches sur les surfaces orthogonales », 1865, p.55-69. « Sur les surfaces orthogonales » (thèse), p.97-141. Et G-V, 1866, 46 p. « Sur les relations entre les groupes de points, de cercles et de sphères dans le plan et dans l'espace », 1872, p.323-382. « Mémoire sur les fonctions discontinues », 1875, p.57-112. « Mémoire sur la théorie des coordonnées curvilignes et des systèmes orthogonaux », 1878, p.275-348. « Sur certains systèmes d’EDL », 1909, p.449-471.

Bulletin des sciences mathématiques et astronomiques, dit Bulletin de Darboux. Créé par Darboux chez Gauthier-Villars en 1870. Rédigé par Darboux et divers collaborateurs (principalement Loewy en 1870, Hoüel de 1870 à 1886, J. Tannery de 1876 à 1910, É. Picard de 1901 à 1917), poursuivi après la mort de Darboux par Picard et Appell. Le site Numdam répertorie 41 contributions de Darboux entre 1870 et 1883.

Bulletin de la SMF. Trois contributions, de 1873 à 1879.

Journal de mathématiques pures et appliquées (Journal de Liouville).

« Sur les séries dont le terme général dépend de deux angles […], 2e série, t.19, 1874, p.1-18. e « Mémoire dur la théorie algébrique des formes quadratiques », 2 série, t.19, 1874, p.347-396 Et d’autres mémoires en 1876 (3e série, t.2), 1878 (3e série, t.4), 1885 (4e série, t.1), 1888 (4e série, t.4).

Mémoires des savants étrangers. (Académie des sciences) « Sur les solutions singulières des EDP du premier ordre », tome 27, 1883, 243 p. C’est le mémoire par lequel Darboux avait concouru en 1876 pour le Grand prix des sciences mathématiques, qui lui avait été décerné à l’unanimité le 23 avril 1884. En même temps, La Commission exprime le vœu qu’il soit imprimé dans le Recueil des savants étrangers. CR, t.84, p.804.

Acta Mathematica. « Sur l’EDP du troisième ordre des systèmes orthogonaux », t.4, 1884, p.93-96. « Sur l’application du théorème fondamental d’Abel relatif aux intégrales algébriques […], .26, 1902, P.227-240.

Mémoires de l’Académie des sciences. « Sur un problème relatif à la théorie des courbes gauches », t.50, 1908, 31 p. « Détermination des systèmes triples orthogonaux qui comprennent un cylindre de Dupin […] ». Deux mémoires, t.51, 1910, 24 et 26 p. « Sur une classe de surfaces de quatrième classe […], t.53, 1915, 69 p.

Et aussi : L’Institut, 1869, 1872, 1873. AFAS (Montpellier 1879, Alger 1881). Journal des savants, de 1900 à 1909. Proceedings of the London Mathematical Society, 1910. De longues notes dans des ouvrages d’autres auteurs, tels

Bourdon, Applications de l’algèbre à la géométrie, 9e éd., G-V, 1880, p.499-648. Despeyrous, Cours de mécanique, Hermann. T.1, 1884, p.371-446 et t.2, 1884, p.461-606. Koenigs, Leçons de cinématique professées à la Sorbonne, Hermann, 1897, 343-389.

Etc.

Roland Brasseur – Dictionnaire des professeurs de mathématiques en classe de mathématiques spéciales – 7 mai 2015

Œuvres 2 – Histoire des sciences, nécrologies, etc. Ernest Lebon signale de nombreux autres discours (funérailles d’Hébert, Ossian Bonnet, Bertrand, Fernet, Berthelot, Becquerel, etc ; inauguration de monuments, distribution des prix, etc), nécrologies (Hoüel, Lie, Moutard, Gauthier-Villars, Paul Serret, Mannheim, J. Tannery, Tisserand, Philippon, etc), rapports, analyses d’ouvrages et articles divers.

Nécrologie normalienne de François Didon (ENS 1864), 1873.

François Didon, 1845-1872. Reçu 1er à l’X et 2e à l’ENS, il choisit l’ENS. Chargé de maths aux facultés de Rennes puis de Besançon.

« Étude sur le développement des méthodes géométriques », conférence de septembre 1904 (expo universelle de Saint-Louis), G-V, 1905, 28 p. « Les origines, les méthodes et les problèmes de la géométrie infinitésimale », conférence d’avril 1908, Atti del IV congresso internazionale dei matematci, Roma, 1909, vol.I, p.105-122. Éloges académiques et discours, Hermann, 1912, 525 p. Volume publié pour le jubilé scientifique de Darboux. Les textes ont déjà été publiés, la plupart dans les Mémoires de l’Académie des sciences ou la Revue internationale de l’enseignement. p.1-262 : éloges académiques ou notices historiques sur Joseph Bertrand, François Perrier, Charles Hermite, Antoine d’Abbadie, le général Meusnier. Puis : « Les donateurs de l’Académie », « La carte du ciel », « L’unité de la science », « Fulton et l’Académie des sciences », « L’esprit de géométrie et l’esprit de finesse », « L’école de Sèvres », « Marcelin Berthelot », « Louis Pasteur », « Sur le rôle des sociétés savantes », « La réforme de la licence ès sciences », et les allocutions prononcées au jubilé (Poincaré, Appell, Volterra, Picard, L. Lévy, Guichard, Darboux, etc). Chargé le 29 mars 1885 de publier les Œuvres de Fourier. Tome 1, 1888. Tome 2, 1900.

Chargé le 29 mars 1885, après la mort de Serret (1885), de continuer la publication des Œuvres de Lagrange. Il publie les tomes 11 (1888), 12 (1889) et 14 (1892). Chargé le 20 mars 1913 de publier les Œuvres de Poincaré. e

Seul le tome 2 paraîtra de son vivant, en 1916. Le 11 et dernier tome paraître en 1954.

« Notre marine », Le Temps, 2 octobre 1909. Fin : « Quoi qu’on en ait dit, nous avons une marine, et une belle marine. »

« Éloge historique d’Henri Poincaré », lu à l’Académie le 15 décembre 1913, Mémoires de l’Académie des sciences, 1914, 69 p.

Sources. Dossiers Jean Gaston Darboux, F/17/23271/A aux Archives nationales. Dossier Gaston Darboux, aux Archives de l’Académie des sciences. Dossier Légion d’honneur (chevalier 1879, officier 1892, commandeur 1899, grand officier 1910) aux Archives nationales. Introduit successivement par Bersot (directeur de l’ENS), Joseph Bertrand (secrétaire perpétuel de l’Académie pour les maths), Duclaux et Armand Fallières (président de la République), Notice sur les travaux scientifiques de M. Gaston Darboux, G-V. 1871, 28 p. ; 1881, 46 p. ; 1884, 69 p. Celle de 1871 est aux Archives de l’Académie des sciences. Celles de 1881 et 1884 sont à la BNF. Celle de 1884 est téléchargeable sur archives.org. Ernest Lebon, Gaston Darboux, coll. Savants du jour, Gauthier-Villars. e 1 édition, 1910, VIII + 72 p. Recense 419 écrits. En ligne (projet Gutenberg). La version html est la meilleure. 2e édition, 1913, 96 p. Recense 487 écrits. Consultable à la BNF, à la Bibliothèque de l’IHP, etc. e 3 édition, 1917. L’édition de 1913, enrichie d’anecdotes. La partie biographique (19 p.) est consultable sur microfilm à la BNF.

Annonce du décès à la séance du 26 février 1917 de l’Académie, par J. d’Arsonval et A. Lacroix. Nécrologies de Darboux par Émile Picard : Picard, 1856-1941, succède à Darboux comme secrétaire perpétuel de l’Académie pour les sciences mathématiques. « Gaston Darboux », Revue des Deux Mondes, 1917 (15 avril), p.789-799. Repris dans la Revue internationale de l’enseignement, t.71, 1917, p.434-443. « La vie et l’oeuvre de Gaston Darboux », Annales scientifiques de l’ENS, 1917, p.81-93. Le texte de la Revue des Deux Mondes, corrigé (Picard avait oublié le lycée de Montpellier, et des Montpelliérains avaient protesté). Nécrologie normalienne, 1918. « Notice historique sur Gaston Darboux », lue à la séance publique annuelle du 10 décembre 1917, Mémoires de l’Académie des sciences, 1917, p. I-XXXVI. Repris dans la Revue scientifique, 1918 (19-26 janvier), p.33-44 et dans la Revue internationale de l’enseignement, t.73, 1919, p.22-34 et 95-106. Benjamin Baillaud, « Gaston Darboux », Bulletin astronomique, t.XXXIV, 1917 (février-mars), p.33-35. Claude Guichard, « Gaston Darboux », Revue générale des sciences pures et appl., 15 avril 1917, p.198-200. Henri Dehérain, « Gaston Darboux », Journal des savants, 1917, p.132-135. « Discours prononcés à l’inauguration d’un buste élevé à la mémoire de Gaston Darboux à Nîmes le dimanche 22 octobre 1933 », dans Académie des sciences, Notices et discours, tome premier 1924-1936, G-V, 1937, p.469-476. Tirage à part : Paris, Palais de l’Institut, 1933, 12 p. Discours d’Émile Borel et d’Élie Cartan.

Roland Brasseur – Dictionnaire des professeurs de mathématiques en classe de mathématiques spéciales – 7 mai 2015

Darboux - RB, Dico prof spes 2015.05.07.pdf

Saint-Rémy les-Chevreuse (Seine-et-Oise) de 1935 à (au moins) 1952. Chevalier de la légion. d'honneur (1952). Décédé le 21 novembre 1958. Épouse Amélie ...

188KB Sizes 7 Downloads 487 Views

Recommend Documents

Padet- RB, Dico prof spes 2016.11.07.pdf
Whoops! There was a problem loading this page. Whoops! There was a problem loading this page. Padet- RB, Dico prof spes 2016.11.07.pdf. Padet- RB, Dico ...

Sibuet - RB, Dico prof spes 2015.06.07.pdf
Jacques Charles, né le 6 décembre 1868 à Lyon (5e. ). Épouse Florine Henriette Sandaz le 7 décembre. 1901 à Lyon (1er) ; il est alors guimpier et son épouse ...

Dautheville - RB, Dico prof spes 2017.01.07.pdf
Publiée aussi chez Gauthier-Villars, 1885, 59 p. « Sur une transformation de mouvement », 1890, p.361-374. Bulletin de la SMF. « Sur l'hypercycle et la théorie ...

Hennequin - RB, Dico prof spes 2015.11.07.pdf
Décédée le 22 décembre 1981 à La Verrière. (Yvelines). Paul Hubert Robbe est né le 13 août 1884 aux Hôpitaux-Neufs, à 15 km au sud de Pontarlier.

Bouché - RB, Dico prof spes 2016.10.07.pdf
1833), Jean-Claude Bouquet (ENS 1839), Bertin-Mourot (ENS 1841), Louis Pasteur (ENS 1843),. IG Cuvier, 1836 : « Ses élèves ont confiance en lui, le respectent, l'écoutent et profitent. Sur les 14. [...], il y en a quatre qui se distinguent d'une

Girault - RB, Dico prof spes 2017.06.07.pdf
Whoops! There was a problem loading this page. Retrying... Girault - RB, Dico prof spes 2017.06.07.pdf. Girault - RB, Dico prof spes 2017.06.07.pdf. Open.

Thiebaut - RB, Dico prof spes 2016.09.07.pdf
Sep 7, 2016 - L'Est républicain, 9 mai 1935. Page 3 of 3. Thiebaut - RB, Dico prof spes 2016.09.07.pdf. Thiebaut - RB, Dico prof spes 2016.09.07.pdf. Open.

Bricard - RB, Dico prof spes 2017.01.07.pdf
Whoops! There was a problem loading more pages. Retrying... Bricard - RB, Dico prof spes 2017.01.07.pdf. Bricard - RB, Dico prof spes 2017.01.07.pdf. Open. Extract. Open with. Sign In. Main menu. Displaying Bricard - RB, Dico prof spes 2017.01.07.pdf

Baudot - RB, Dico prof spes 2015.10.07.pdf
Oct 7, 2015 - There was a problem loading more pages. Retrying... Baudot - RB, Dico prof spes 2015.10.07.pdf. Baudot - RB, Dico prof spes 2015.10.07.pdf.

Tartinville - RB, Dico prof spes 2016.11.07.pdf
Baccalauréat ès sciences en 1873 à Rennes. Répétiteur puis maître répétiteur de 1876 à 1884 (Charlemagne, Reims, Saint-Louis). Candidat à l'ENS. en 1876 ...

Terrier - RB, Dico prof spes 2016.12.07.pdf
TERRIER Léonce. 1846-1905. Léonce Jean Marie TERRIER naît le 28 mai 1846 à Montcombroux (Allier). Il meurt le 24 octobre 1905 à Billom (Puy-de-Dôme).

Masson - RB, Dico prof spes 2017.05.07.pdf
Whoops! There was a problem loading more pages. Retrying... Masson - RB, Dico prof spes 2017.05.07.pdf. Masson - RB, Dico prof spes 2017.05.07.pdf. Open.

Rousset - RB, Dico prof spes 2015.12.07.pdf
mariage orthographie : Lhomme. Marié avec Marie Joséphine GIRARD le 16 janvier. 1879 au Bourg d'Oisans (Isère). L'épouse est née le 8 juin 1853 au Bourg ...

Durand Aug. - RB, Dico prof spes 2017.05.07.pdf
Dossier de carrière, F/17/22068/B, aux Archives nationales. Whoops! There was a problem loading this page. Durand Aug. - RB, Dico prof spes 2017.05.07.pdf.

Cels - RB, Dico prof spes 2016.11.07.pdf
voix sur 58160 votants, deuxième de la liste d'Union des républicains pour le relèvement national. conduite par Georges Leygues ; la liste concurrente socialiste ...

Paoli - RB, Dico prof spes 2016.08.07.pdf
Aug 7, 2016 - Whoops! There was a problem loading this page. Whoops! There was a problem loading this page. Paoli - RB, Dico prof spes 2016.08.07.pdf.

Bordeux - RB, Dico prof spes 2016.05.07.pdf
There was a problem loading this page. Bordeux - RB, Dico prof spes 2016.05.07.pdf. Bordeux - RB, Dico prof spes 2016.05.07.pdf. Open. Extract. Open with.

Thiry - RB, Dico prof spes 2016.11.07.pdf
There was a problem loading this page. Retrying... Thiry - RB, Dico prof spes 2016.11.07.pdf. Thiry - RB, Dico prof spes 2016.11.07.pdf. Open. Extract. Open with.

Pruvost - RB, Dico prof spes 2017.06.07.pdf
accordées par sa majesté le Roi des français ». Ils ont autre enfant : Alfred Émile, né le 12 mai 1840 et décédé le 12 septembre 1840, à Marle. Une fille, Jeanne ...

Pieron - RB, Dico prof spes 2016.11.07.pdf
Meurt sans descendance le. 6 novembre 1964 à Suresnes. Mathilde est née le 18 août 1877 à Warlencourt-Eaucourt (Pas-de-Calais), fille de Marie Mercier, 22.

Corot - RB, Dico prof spes 2016.10.07.pdf
Page 1. Whoops! There was a problem loading more pages. Retrying... Corot - RB, Dico prof spes 2016.10.07.pdf. Corot - RB, Dico prof spes 2016.10.07.pdf.

Clairin - RB, Dico prof spes 2015.11.07.pdf
Selon sa nécrologie normalienne (par Gaston Doumergue), il meurt à Vouthon (Yonne). Cette. commune semble ne jamais avoir existé dans l'Yonne. Il existe un Vouthon dans la Meuse. La mère est née le 17 juin 1852 à Saint-André (auj. Saint-André

Padet- RB, Dico prof spes 2016.11.07.pdf
Page 1 of 5. Roland Brasseur – Dictionnaire des professeurs de mathématiques en classe de mathématiques spéciales – 7 novembre 2016. PADÉ Henri. 1863- ...

Vasnier - RB, Dico prof spes 2017.02.07.pdf
Fils de « Charles Jean François et de Marie Anne Anne dit Le Roux laboureur » (acte de. naissance). Charles Jean François VASNIER est né le 23 février 1787 à Montchauvet. Laboureur. Décédé le 22. janvier 1860 à Montchauvet. Marie Anne Susa